Archives par mot-clé : travail

L’obésité, facteur de discrimination face à l’emploi, vrai ou faux ?

ÊTRE TROP GROS PEUT-IL EMPÊCHER DE TROUVER UN TRAVAIL EN FRANCE ?

Au-delà de la question des raisons qui poussent quelqu’un à être plus gros que la moyenne vient celle de sa liberté d’être ce qu’il est, en vivant parmi ses concitoyens. Les préjugés ont pourtant la peau dure pour les obèses, et la difficulté à décrocher un travail est décourageante. S’agit-il au final d’une vraie discrimination ou se peut-il qu’il y ait un fond de vérité dans le choix des responsables des ressources humaines à nous empêcher d’accéder à l’emploi ?

Des études sociétales qui montrent la discrimination des obèses

Ça n’est pas une illusion. La majorité des études sociologiques qui interrogent la place du corps gros dans notre société en arrivent à la conclusion que la discrimination est omniprésente. Peretti-Watel et Moatti (2009) vont jusqu’à annoncer que, selon leurs études, « sur le marché de l’emploi, un chômeur en surpoids est aussi pénalisé qu’un immigré. » Cela va plus loin encore, car Janssens (2011) met en évidence une différence de salaire, de possibilité d’évolution de carrière, de licenciement abusif ou de harcèlement moral entre les gens normaux et les gens obèses.

Des préjugés qui nuisent à l’accès à l’emploi pour les obèses

Travailler lentement, trop peu, faire preuve de paresse, être bête, manger tout le temps, ne pas pouvoir supporter le stress, être incapable de prendre des responsabilités. On connaît bien la liste des préjugés, puisqu’il faut s’en défendre à chaque instant dans le milieu professionnel : nos efforts ne sont plus reconnus, et les seules choses qu’on entendra seront les reproches inquiets de nos responsables, de ne pas travailler assez, nous voyant définitivement comme un mauvais élément de leur équipe. C’est décourageant et injuste.
Le problème, cependant, se trouve aujourd’hui ailleurs. À force de chercher à recruter les meilleurs candidats, ils en viennent à utiliser le corps comme critère unique, et lorsque l’université de Melbourne a voulu mesurer le jugement et la discrimination (O’Brien, Latner, Ebneter & Hunter, 2013), ils en ont profité pour juger de l’importance que l’apparence avait pour les décideurs, en leur demandant de noter la leur, simplement. Plus la note était haute, plus ils pensaient que leur apparence personnelle était importante, et plus ils discriminaient les candidats sur leur propre apparence.

Tout n’est au final qu’affaire de cliché et de préjugé. Notre corps ne nous permet pas de courir, de nous presser, mais le travail sera fait, comme par n’importe qui d’autre. Nous ne nous goinfrerons pas sur notre lieu de travail, nous pouvons diriger des équipes entières si nous nous en jugeons capables, mais comment le leur faire comprendre ?
Le changement de mentalité doit être profond. Alors qu’aux USA, la révolte s’organise, que ce soit à travers des associations, des manifestations, la justice, la télévision ou la presse, les gros s’affichent comme des gens efficaces et égaux aux autres travailleurs, au minimum. Mais devrons-nous toujours prouver notre bonne foi et nous battre pour être reconnus pour ce que nous sommes, et juste ce que nous sommes ? Gardez vos préjugés, messieurs les décideurs, ils ne servent à rien si ce n’est à nous rendent la vie plus pénible.

Ces métiers qu’on ne peut pas exercer

Y a t’il des métiers que nous ne sommes pas capables d’exercer à cause de notre surpoids ? Ou est-ce encore un préjugé ?

Découvrez aussi :
–    Acheter sur mesure quand on a un poids hors-norme
–    Des vêtements taillés pour le surpoids, un véritable manque de choix
–    Transports et personnes hors-norme : la difficulté des parcours
–    Quels sont les préjugés que les gens ont sur le surpoids et la grande taille?

Quels sont les métiers qu’on ne peut pas exercer quand on est en surpoids

QUELLE RÉALITÉ DERRIÈRE L’OBÉSITÉ INTERDITE DANS CERTAINS EMPLOIS

Pour la très grande majorité des emplois, le surpoids n’est pas incompatible avec l’exercice du poste. Cependant, certains recruteurs arguent que l’obésité ne peut avoir sa place dans certains métiers. Quels sont donc ces postes interdits qui peuvent légitimement empêcher une grande taille de travailler ? Ils ne sont finalement pas si nombreux, et au final, la discrimination reste de mise dans la majorité des refus.

Candidature rejetée pour cause de surpoids

Ne pas pouvoir être standardiste ou travailler dans un call center, parce qu’il faut être glamour au téléphone, de qui se moque-t-on ! Cet exemple, issu des nombreux dossiers de discrimination à l’embauche pour la population en surpoids est un cas classique d’abus de la part des employeurs. Aujourd’hui, cette discrimination équivaut à celle des immigrés, selon les dernières études sociologiques. Inadmissible et révoltant. Cependant, il y a bien quelques métiers qui peuvent prétendre que le corps est un outil de travail particulièrement important, qui nécessite une sélection plus drastique. Mais soyons clairs, dans la plupart des cas, ces gens sont fous.

Quels métiers peuvent être interdits si on est en surpoids ?

Commençons gentiment. Les diététiciens et autres coaches sportifs, travaillant sur les régimes, se doivent, pour raison publicitaire, de ne pas être en surpoids. S’ajoutent les sportifs eux-mêmes, qui, pour des raisons de performance, doivent travailler leur corps et ne pas le laisser s’élargir.
Certaines marques, comme Prada, imposent à leurs employés, y compris de hauts responsables dans les bureaux, de correspondre à des critères de minceur et de style qui soutiennent, selon eux, l’image de la marque. Ainsi, une ancienne directrice d’une filiale japonaise a été licenciée pour ne pas avoir voulu faire de régime. 
Les hôtesses de l’air sont toujours fines et menues. Il s’agit bien entendu d’un critère esthétique pour favoriser l’image de la compagnie, mais c’est en premier lieu un critère de sécurité, les allées étant très étroites. Cela n’empêche pas des compagnies comme Air India d’imposer à ses employées dans leur contrat de maintenir la « sveltesse » de leur corps, au risque d’être licenciées.
Il reste encore les danseuses, qui doivent correspondre à un certain profil, pour correspondre au niveau des costumes ou de la mise en scène. Pour les danseuses de cabaret, c’est encore plus évident, car là, la clientèle paye pour un spectacle qui doit correspondre à leurs attentes. Le contrat du Crazy Horse est une vraie folie sur ce point-là. Poids, taille, distance entre les seins, entre nombril et pubis, sans compter une formation de danse reconnue. 
En dehors de ces cas-là, tout refus pour cause de surpoids est appelé discrimination.