Comment la grande taille est passée d’un standard de beauté au handicap

AVEC LE TEMPS, LES CANONS DE LA MODE PASSENT DU ROND AU MINCE.

La chasse aux sorcières a commencé. Cachez vite les kilos superflus tombés en disgrâce au regard de la mode. Il ne faut pas remonter pourtant bien loin pour contempler les puissants bedonnants qui dirigeaient le monde, et les croupes charnues des délicieuses dames des années folles. La grande taille a chuté du standard de beauté à celui de handicap quand le pouvoir a changé de main, passant de celui des ronds à celui des nombreux minces qui attendaient leur tour pour en fixer le diktat.

Lorsque la santé condamne la grande taille au handicap

Cela ne vous a jamais étonné de regarder des photos anciennes et d’entendre les gens parler de belle femme pour une personne visiblement ronde ? Ou d’écouter les chansons paillardes parlant de belles femmes potelées ? Quelque chose a changé au royaume de la mode et de la beauté. Broca, à la fin du XIXe siècle donnait l’équation du poids idéal en disant que c’était la taille en centimètre, moins 100. 1 m 60 = 60 kg. Facile, et pas vraiment faux du point de vue médical. 
Pourtant, le surplus de poids par rapport aux canons de santé était alors vu comme une preuve de richesse des plus séduisantes. Il valait mieux faire envie que pitié, disait-on alors. Et puis, quelques décennies après la guerre et ses terribles privations, aidée par le  développement des assurances et de la santé sociale, une idée de la santé comme critère unique de beauté est apparue progressivement dans les esprits…

Reste-t-il de la beauté dans les grandes tailles ?

Même si l’IMC (indice de masse corporelle) est devenu la nouvelle échelle de beauté, et qu’un corps sportif semble bénéficier de l’aura de la beauté comme les fessiers arrondis des danseuses du Lido auparavant, il reste une donnée toujours absente de ces discussions : le charme.
Aujourd’hui, alors que le style « nounours » grande taille gagne les faveurs de la gent féminine, les relookeurs sont plus optimistes que jamais. Bien habillées et avec de l’assurance, les formes deviennent un trait de caractère distinctif au charme ravageur. Imposant par nature, rassurant par caractère, il suffit d’y ajouter une touche « bad boy » pour faire de vous l’homme sexy par définition.

Découvrez aussi :
–    Les femmes trouvent les hommes ronds particulièrement séduisants

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

LES GÉANTS ONT UNE SILHOUETTE PEU ADAPTÉE AUX MEUBLES DES NORMAUX. C’est un casse-tête. Il faut réfléchir à tout par avance, car rien ne sera jamais à la bonne taille du premier coup. Le mobilier est toujours trop bas, trop petit, les encadrements de porte sont meurtriers pour les grandes tailles. Géant parmi les nains, voyant le … Continuer la lecture de Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids

LE HÉROS HAUT EN COULEUR, OBÈSE, MAIS JAMAIS GROS, EST UN POIDS LOURD DU NEUVIÈME ART « Qui est gros ici ! » De quoi faire glousser les enfants qui dévorent les aventures d’Asterix le Gaulois, œuvre immortelle de la bande dessinée, signée Uderzo et Goscinny. « Je suis un peu enrobé, c’est tout », prétexte … Continuer la lecture de Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids