Aux États-Unis, le surpoids vécu comme une fierté

OUTRE-ATLANTIQUE, LE DROIT REVENDIQUÉ À ÊTRE GROS

Alors que l’on tend souvent à les stigmatiser aux États-Unis, certaines personnes en surpoids affichent Outre-Atlantique une fierté qui en déroute beaucoup, revendiquant leur droit à être gros, leur droit à la différence.

Quand surpoids et fierté font, contrairement aux idées reçues, bon ménage

En 1998, une marche étonnante avait lieu en Californie. Une marche ? Non, pas vraiment, en dépit de son nom : « La marche du million de kilos ». Un rassemblement plutôt, au cours duquel deux cents personnes scandèrent des slogans : « Nous sommes gros ! Nous existons ! Il faut que vous vous y fassiez ! » La lutte contre les diktats de la minceur, pour défendre la fierté d’être gros, s’amorçait alors grâce à la National Association to Advance Fat Acceptance. Depuis, des associations ont vu le jour aux États-Unis, faisant entendre la voix de ceux qui, longtemps, se sont cachés.

Aux États-Unis, des associations de défense du surpoids

Cat Pause a probablement su donner l’impulsion. L’initiative de cette femme est à l’origine d’associations qui ont essaimé depuis quelques années dans un pays de plus en plus préoccupé par l’obésité. Que contestent-elles précisément ? L’emploi même du terme « obésité » dont la connotation médicale est jugée déplaisante. On lui préfère dès lors le mot « gros » que l’on tâche d’arracher à ceux qui, en se l’appropriant, l’ont voilé de significations péjoratives. Ces militants américains du surpoids se battent, non plus pour inciter les gros à perdre du poids, mais pour les aider à trouver leur place dans une société qui a encore trop tendance à les ostraciser. L’Obesity Action Coalition, une association de défense des gros, milite par ailleurs pour leur représentation dans le secteur publicitaire. Non sans succès.
Difficile de savoir où se trouve le juste milieu. Il y a bien assez de place pour tous sur notre caillou, mais ça n’est pas pour autant qu’un faible ou stigmatisé ne sera pas la risée de ses congénères. Le mot « fierté » est sans doute excessif, mais on parle bien d’acceptation et de normalisation de ces gabarits. Une personne en surpoids restera toujours un être social, citoyen, et responsable de sa vie. Ça devrait pourtant suffire…

Heart Attack Grill, un restaurant joue la carte de la fierté du surpoids

Faut-il être fou pour aller déjeuner au Heart Attack Restaurant à Las Vegas ? Le culte du surpoids y est érigé en temple. Les hamburgers y sont hypercaloriques et le menu quadruple pontage est tout simplement insoutenable. 8 000 calories ! Pourtant, quel symbole pour la communauté américaine en surpoids…

L’Amérique défend avec fierté l’image du surpoids au travers d’associations

Aux USA, les personnes en surpoids sont stigmatisées comme partout ailleurs. S’estimant victime de cette image populaire faussée, ils se sont regroupés en association pour tenter d’imposer un respect à leurs formes qu’ils portent avec fierté. Un nouveau courant historique apparaît ainsi dans l’histoire des rondeurs et du combat social.

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

LES GÉANTS ONT UNE SILHOUETTE PEU ADAPTÉE AUX MEUBLES DES NORMAUX. C’est un casse-tête. Il faut réfléchir à tout par avance, car rien ne sera jamais à la bonne taille du premier coup. Le mobilier est toujours trop bas, trop petit, les encadrements de porte sont meurtriers pour les grandes tailles. Géant parmi les nains, voyant le … Continuer la lecture de Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids

LE HÉROS HAUT EN COULEUR, OBÈSE, MAIS JAMAIS GROS, EST UN POIDS LOURD DU NEUVIÈME ART « Qui est gros ici ! » De quoi faire glousser les enfants qui dévorent les aventures d’Asterix le Gaulois, œuvre immortelle de la bande dessinée, signée Uderzo et Goscinny. « Je suis un peu enrobé, c’est tout », prétexte … Continuer la lecture de Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids