Les top 5 des accessoires que vous devez avoir dans votre dressing !

Parce qu’il est difficile aujourd’hui de se passer d’accessoires, nous vous faisons part des essentiels que vous devez avoir dans vos placards pour être toujours moderne. Oui, les accessoires (à condition qu’ils soient bien choisis, bien sûr) donnent un style tendance mais ils montrent surtout que l’homme sait se mettre en valeur ! Alors pour savoir être élégant avec des accessoires, nous vous avons sélectionné les 5 accessoires à voir absolument dans son armoire ! Et mode grande taille ou non, chaque homme doit se parer d’accessoires branchés.

ACCESSOIRE #1

Expensive wrist watchLe numéro 1 est la montre. D’abord par son utilité mais aussi par la classe qu’elle apporte à une tenue. En effet, la montre est un accessoire qui se démarque et qui donne le style et l’élégance. Il est bien d’en avoir plusieurs afin de pouvoir jouer sur différents styles, chic ou plus sportswear, avec bracelet en cuir ou bracelet acier, etc. Après libre à vous de prendre le ou les modèles que vous préférez mais inutile d’acheter deux montres similaires, privilégiez les couleurs et les matières différentes.


 

ACCESSOIRE #2

cinture in pelleLa ceinture est l’accessoire numéro 2. En effet, elle est quasiment indispensable avec un pantalon, surtout si vous rentrez votre chemise dedans. Tout comme la montre, il est toujours mieux d’en avoir plusieurs afin de varier les styles, les matières, les couleurs en prenant soin de l’accorder avec vos chaussures, votre montre ou encore votre nœud papillon. Actuellement, dans la mode, la ceinture qui fait sensation est la ceinture finement tressée, de couleur. Vous pouvez sans nul doute porter votre choix sur cet accessoire pouvant être coloré et très élégant.


 

ACCESSOIRE #3

Groom

 

Incontournable également, la cravate prend la 3ème place de notre classement. De couleur, unie, à pois, en soie pour un style classique ou en tricot voire en bois pour un style plus branché, un très large choix s’offre à vous. Inutile de vous préciser qu’il est indispensable d’en avoir plusieurs afin de varier les looks, les couleurs et les matières.


 

ACCESSOIRE #4

L’accessoire numéro 4 est la pochette de pochettecostume. En effet, les hommes portent tous à un moment ou à un autre une veste dans laquelle il est nettement plus élégant d’y glisser une petite pochette unie ou à motifs. Que vous portiez votre veste avec un pantalon de ville ou un jeans, votre petite pochette fera toujours son effet. Vous pourrez d’ailleurs associer sans hésiter votre pochette à un joli nœud papillon.


 

ACCESSOIRE #5

man different accessories

 

Un peu moins visible mais relativement important lorsque l’on sait que les hommes mettent beaucoup de choses dans leur poche, le portefeuille est l’accessoire numéro 5. Parce qu’il est toujours élégant de sortir de sa poche un joli portefeuille en cuir, gardez à l’esprit que cet accessoire est un gage de goût et de raffinement, à ne négliger en aucun cas !


 

Voilà, vous avez maintenant le top 5 des accessoires que tout homme doit avoir dans son dressing. Si ce n’est pas le cas, investissez, vous ne serez que gagnant en élégance et en style !

Le jersey et sa confortable maille se prêtent à tous les jeux de la mode

UNE MATIÈRE TRICOTÉE, À LA FOIS ACTUELLE ET PRATIQUE, LE JERSEY AU SERVICE DE TOUS

Le jersey est une matière tricotée de manière asymétrique, originaire de l’île anglo-normande du même nom, où elle servait à la fabrication des vêtements des marins. Ses aspects pratique et confortable lui permettent d’être utilisé par tout un chacun, tandis que son emploi par de grands noms de la mode fait également de lui un des tissus les plus actuels. 

Le jersey est confortable et moderne à la fois

Matière tricotée classique et populaire créée au Moyen-Age, le jersey offre un confort indéniable qui, couplé à sa fabrication industrielle au début du XXe siècle, lui confère rapidement notoriété et large diffusion. Plusieurs grands noms de la mode ont évidemment aidé à asseoir sa réputation. Jean Patou le choisit ainsi pour les prémices du vêtement « sportswear », en habillant la championne de tennis Suzanne Lenglen de vestes en jersey de différentes couleurs. Par la suite, une cape en jersey ourlée de volants, créée par Gérard Pipart, sous l’égide de la maison Nina Ricci, a institué définitivement cette matière, utilisée depuis sous forme métallique notamment.

Les différents types de jersey et leurs qualités

Le jersey présente un tricot asymétrique avec deux faces aux aspects différents. Autrefois exclusivement composé de laine, il est aujourd’hui réalisé avec du coton, de la viscose ou encore du lin… ces différents choix donnant des résultats distincts en terme d’élasticité ou encore de poids. Outre le jersey classique, on trouve ainsi du jersey crêpé qui est lourd et de grande qualité ; du jersey interlock, dense et extensible ; du jersey piqué, qui présente un relief particulier grâce à son tissu structuré ; ou encore du jersey tricoté, qui se distingue par sa grande élasticité. Le tissu offre donc une gamme infinie de possibilités pour l’habillement quotidien comme pour la création. 


Découvrez aussi :
–    Le tweed anglais et son incontournable maille, l’élégance intemporelle

Le tweed anglais et son incontournable maille, l’élégance intemporelle

CHIC ET DÉFIANT LES ANNÉES, LA MATIÈRE PRÉFÉRÉE DE GRANDE-BRETAGNE A PLUS QUE JAMAIS LA COTE

Le tweed semble intemporel : née au XIXe siècle en Écosse, la matière préférée de Grande-Bretagne n’a jamais été aussi populaire. Autrefois réservé à un usage extérieur du fait de sa solidité et de son imperméabilité, l’élégance du tissage du tweed lui permit de défier les années et d’être décliné dans la mode contemporaine avec succès, au point de devenir le composant phare des stars de la mode, telle la prestigieuse petite veste Chanel… so chic !

Robustesse et élégance, les atouts du tweed

La pluie, le froid et le vent, autant d’éléments contre lesquels devaient lutter avec ardeur les Britanniques du XIXe siècle…, ce qui est encore le cas aujourd’hui. Mais avant l’émergence de matières avant-gardistes et techniques, le tweed faisait l’unanimité, grâce à sa laine solidement tissée et ses couleurs naturelles. Son développement à travers le monde n’a d’égal que le nombre de ses qualités : imperméabilité, solidité et, bien sûr, panache. Symbole de l’élégance « british », le tweed défie les années ; son processus de fabrication,ultra-réglementé, lui garantissant authenticité et valeur. Preuve en est, les dandys britanniques du magazine « The Chap » ne jurent que par lui pour s’assurer une élégance immédiate en toutes circonstances. 

De la chasse aux podiums, le tweed « hors du temps »

La pièce maîtresse de Gabrielle Chanel n’est autre que l’incontournable petite veste en tweed, créée en 1954 et, de l’avis de maître Karl himself « le symbole d’une certaine élégance féminine, nonchalante, hors du temps ». Une vraie révolution parmi les froufrous féminins de l’époque, un succès incroyable auprès des fashionistas de toutes époques, qui rêvent de l’inclure dans leur dressing… On est loin du vent dans les landes d’Écosse, mais le tweed, immuable, est surtout toujours inéluctable.

Découvrez aussi :
–    Le jersey et sa confortable maille se prêtent à tous les jeux de la mode

Comment la grande taille est passée d’un standard de beauté au handicap

AVEC LE TEMPS, LES CANONS DE LA MODE PASSENT DU ROND AU MINCE.

La chasse aux sorcières a commencé. Cachez vite les kilos superflus tombés en disgrâce au regard de la mode. Il ne faut pas remonter pourtant bien loin pour contempler les puissants bedonnants qui dirigeaient le monde, et les croupes charnues des délicieuses dames des années folles. La grande taille a chuté du standard de beauté à celui de handicap quand le pouvoir a changé de main, passant de celui des ronds à celui des nombreux minces qui attendaient leur tour pour en fixer le diktat.

Lorsque la santé condamne la grande taille au handicap

Cela ne vous a jamais étonné de regarder des photos anciennes et d’entendre les gens parler de belle femme pour une personne visiblement ronde ? Ou d’écouter les chansons paillardes parlant de belles femmes potelées ? Quelque chose a changé au royaume de la mode et de la beauté. Broca, à la fin du XIXe siècle donnait l’équation du poids idéal en disant que c’était la taille en centimètre, moins 100. 1 m 60 = 60 kg. Facile, et pas vraiment faux du point de vue médical. 
Pourtant, le surplus de poids par rapport aux canons de santé était alors vu comme une preuve de richesse des plus séduisantes. Il valait mieux faire envie que pitié, disait-on alors. Et puis, quelques décennies après la guerre et ses terribles privations, aidée par le  développement des assurances et de la santé sociale, une idée de la santé comme critère unique de beauté est apparue progressivement dans les esprits…

Reste-t-il de la beauté dans les grandes tailles ?

Même si l’IMC (indice de masse corporelle) est devenu la nouvelle échelle de beauté, et qu’un corps sportif semble bénéficier de l’aura de la beauté comme les fessiers arrondis des danseuses du Lido auparavant, il reste une donnée toujours absente de ces discussions : le charme.
Aujourd’hui, alors que le style « nounours » grande taille gagne les faveurs de la gent féminine, les relookeurs sont plus optimistes que jamais. Bien habillées et avec de l’assurance, les formes deviennent un trait de caractère distinctif au charme ravageur. Imposant par nature, rassurant par caractère, il suffit d’y ajouter une touche « bad boy » pour faire de vous l’homme sexy par définition.

Découvrez aussi :
–    Les femmes trouvent les hommes ronds particulièrement séduisants

L’univers de la mode s’ouvre aux défilés pour les grandes tailles

LES RONDEURS FONT LEUR APPARITION SUR LES PODIUMS DES ÉVÈNEMENTS FASHION

Le débat sur la silhouette des mannequins lors des défilés des plus grandes marques de mode n’est pas nouveau. Au-delà du diktat de la maigreur qui fait prendre des risques aux jeunes filles, pour leur santé, la polémique gronde sur la place des rondeurs trop souvent exclues de cet univers fashion. 
Cependant, les évènements mode commencent à accueillir des mannequins grande taille sur leurs podiums,s’ouvrant ainsi à un public plus large.

Des défilés de mode encore trop rares pour les grandes tailles

Ces évènements prennent de l’ampleur outre-Atlantique et le Canada montre l’exemple, accueillant sans difficulté des femmes rondes sur les Unes de ses principaux magazines de mode. La marque H&M a marqué également le coup en faisant appel au duo Beyoncé et Jennie Runk (un mannequin grande taille) pour lancer sa collection de maillots de bain. Cependant, ces progrès sont encore très lents et ne dépassent que rarement la sphère de la publicité papier. Il est encore difficile de convaincre que la beauté ne dépend pas de la taille et que la mode doit pouvoir être portée par tous.

Les créateurs de mode s’adaptent à la diversité des grandes tailles sur les défilés

Le meilleur moyen de faire évoluer les mentalités reste de s’attaquer à la source du problème : les égéries choisies par les marques influentes pour représenter leur image. Le canon des silhouettes standardisées s’applique encore de manière trop automatique, faisant de la mode un ensemble de stéréotypes qui ne choquent plus personne.
Les choses commencent à changer : la fashion week de Londres intègre désormais la Plus Size Fashion Week et celle de Paris accueille la Pulp Fashion Week. Ces deux défilés accueillent exclusivement des mannequins grande taille. C’est une véritable réussite qui devrait pousser plus d’évènements à intégrer des défilés pour ce gabarit dans leurs programmations et les marques à faire appel à des beautés tout en rondeurs pour représenter leur image. Reste à savoir, si un jour les cloisons qui séparent les « normaux » des « exceptionnels » céderont, pour une mode plus juste.

Découvrez aussi :
Les grandes tailles toujours trop absentes des Fashion Weeks

Un happening contre la discrimination des grandes tailles fait polémique

LE DÉBAT SUR L’EXCLUSION DES PERSONNES RONDES MAL MIS EN AVANT LORS D’ACTIONS À LA FASHION WEEK

Le reportage diffusé lors de la Fashion Week de Paris sur France 4, « On n’est pas des pigeons », vient de créer la polémique parmi les téléspectateurs. Cette action, dont l’objectif initial était de lutter contre la discrimination et d’alerter la conscience publique sur l’absence de défilé « grande taille » a finalement tourné au fiasco, en stigmatisant les personnes rondes. Le concept met en scène le journaliste Constantine manifestant contre cette exclusion via un happening devant les entrées de la Fashion Week avec des pancartes où l’on pouvait lire « On n’est plus des gros pigeons, on veut être des dandys ». Il revendique son droit, en tant que personne ronde, à être aussi fashion que ceux qu’il appelle les « slim fast ». Catégorie dans laquelle il regroupe toutes les silhouettes parfaites qui défilent sur les podiums des grandes marques. 

Un happening censé valoriser les grandes tailles dans la mode utilise la discrimination des plus minces

Si l’initiative est une manière pertinente d’ouvrir le débat sur la place des personnes en surpoids dans la mode, le journaliste n’a pas atteint son objectif ! C’est à cause de ses insultes envers les plus minces, de clichés stéréotypés à la limite du racisme et d’accusations à l’égard des grands noms de la mode que l’émission a dérapé. Les quelques slogans plutôt pertinents « Y’en a marre du racisme anti gros » sont noyés dans un flot de paroles stigmatisant les personnes en surpoids : « Vive le double gras », « on veut manger, on aime manger » ! 

Ce happening stigmatise les grandes tailles au lieu d’ouvrir un réel débat sur leur discrimination

Au final, aucun argument fondé n’a été mis en avant lors de cet évènement qui aurait définitivement pu réveiller les consciences sur le positionnement des grandes maisons de la mode face aux personnes en surpoids. La manière dont la vidéo est réalisée conduit à un véritable échec qui n’a pas réellement permis de troubler ce que le journaliste appelle « la quiétude anorexique de cette fashion week ». Ce type d’action n’est pas une réponse au problème et n’encouragera pas Karl Lagerfeld à revenir sur ses propos diffamatoires envers les obèses.

Les grandes tailles toujours trop absentes des Fashion Weeks

LES SILHOUETTES RONDES ENCORE OUBLIÉES DES ÉVÈNEMENTS MODE

Même si l’offre pour les grandes tailles commence à se développer, les marques dédiées restent les grands absents des Fashion Weeks et autres évènements mode. Peu ou pas de défilés consacrés aux rondeurs : est-ce un désintérêt de la mode pour ces formes arrondies ou un simple oubli ?

Les marques grande taille et les évènements Fashion Weeks

Aujourd’hui, de plus en plus d’initiatives se développent pour mettre en valeur les silhouettes rondes et leur proposer des collections grande taille tendance et mode. Parmi ces évènements on compte le « Plus Size Fashion Week End » à Londres ou la « Pulp Fashion Week » à Paris. Mais ces rendez-vous entièrement dédiés aux grandes tailles sont organisés comme des salons à part entière. Ils restent en marge des Fashion Weeks traditionnelles accueillant les marques les plus célèbres et des mannequins filiformes sur leurs podiums.

Trop peu de grandes tailles dans les Fashion Weeks , l’absence se confirme

Il y a pourtant bien une tendance en faveur des grandes tailles : presque toutes les Fashion Weeks accueillent désormais un défilé spécial grande taille. C’est le cas d’Elena Miro à Milan, d’Helen Miller à New York ou encore de Rick Owens qui a créé la surprise à Paris. Cependant, un seul défilé grande taille parmi les centaines de marques qui se succèdent sur les podiums chaque semaine est une goutte dans l’océan de la mode. Les grandes tailles restent exclues ou oubliées des Fashion Weeks. Pourtant, le marché est bien présent, et de plus en plus d’enseignes se rallient à la cause des silhouettes hors normes.
C’est à n’y rien comprendre. Comment peut-on encore ignorer les personnes de grande taille dans un marché de la mode qui prétend influer le monde de l’habillement au niveau mondial. Doit-on y voir du dédain, peut-être même du dégoût, de la part des organisateurs, trop intéressés à maintenir un standing auquel eux-seuls croient encore ?
Il suffirait pourtant de laisser au monde de la mode grande taille le droit d’exposer ses créations, pour faire comprendre à ces élitistes que l’élégance n’est pas affaire de centimètres et de tour de taille, mais que seul le talent d’un couturier et l’amour pour son art peut sublimer un corps, peut importe celui-ci. L’égalité du droit au respect et à l’élégance commence sûrement par l’acceptation de tout public, du moment que celui-ci souhaite se donner les moyens de son élégance. Nous félicitons en tout cas toutes les grandes enseignes qui défilent dans les fashion weeks et qui comptent à leur catalogue des gammes entières qui leur sont dédiées. Le progrès social commence par leur soutien, et nous ne doutons pas que dans quelques années, de sublimes mannequins grande taille parcourront les podiums dans de sublimes vêtements et éblouiront tout le monde, élitistes y compris.

Une lutte contre l’exclusion des grandes tailles qui tourne au ridicule !

Un happening lors de la dernière Fashion Week de Paris fait polémique lorsque le journaliste, souhaitant défendre le droit à la mode pour tous, tourne en ridicule les personnes rondes.

Découvrez aussi :
– L’univers de la mode s’ouvre aux défilés pour les grandes tailles

Aux États-Unis, le surpoids vécu comme une fierté

OUTRE-ATLANTIQUE, LE DROIT REVENDIQUÉ À ÊTRE GROS

Alors que l’on tend souvent à les stigmatiser aux États-Unis, certaines personnes en surpoids affichent Outre-Atlantique une fierté qui en déroute beaucoup, revendiquant leur droit à être gros, leur droit à la différence.

Quand surpoids et fierté font, contrairement aux idées reçues, bon ménage

En 1998, une marche étonnante avait lieu en Californie. Une marche ? Non, pas vraiment, en dépit de son nom : « La marche du million de kilos ». Un rassemblement plutôt, au cours duquel deux cents personnes scandèrent des slogans : « Nous sommes gros ! Nous existons ! Il faut que vous vous y fassiez ! » La lutte contre les diktats de la minceur, pour défendre la fierté d’être gros, s’amorçait alors grâce à la National Association to Advance Fat Acceptance. Depuis, des associations ont vu le jour aux États-Unis, faisant entendre la voix de ceux qui, longtemps, se sont cachés.

Aux États-Unis, des associations de défense du surpoids

Cat Pause a probablement su donner l’impulsion. L’initiative de cette femme est à l’origine d’associations qui ont essaimé depuis quelques années dans un pays de plus en plus préoccupé par l’obésité. Que contestent-elles précisément ? L’emploi même du terme « obésité » dont la connotation médicale est jugée déplaisante. On lui préfère dès lors le mot « gros » que l’on tâche d’arracher à ceux qui, en se l’appropriant, l’ont voilé de significations péjoratives. Ces militants américains du surpoids se battent, non plus pour inciter les gros à perdre du poids, mais pour les aider à trouver leur place dans une société qui a encore trop tendance à les ostraciser. L’Obesity Action Coalition, une association de défense des gros, milite par ailleurs pour leur représentation dans le secteur publicitaire. Non sans succès.
Difficile de savoir où se trouve le juste milieu. Il y a bien assez de place pour tous sur notre caillou, mais ça n’est pas pour autant qu’un faible ou stigmatisé ne sera pas la risée de ses congénères. Le mot « fierté » est sans doute excessif, mais on parle bien d’acceptation et de normalisation de ces gabarits. Une personne en surpoids restera toujours un être social, citoyen, et responsable de sa vie. Ça devrait pourtant suffire…

Heart Attack Grill, un restaurant joue la carte de la fierté du surpoids

Faut-il être fou pour aller déjeuner au Heart Attack Restaurant à Las Vegas ? Le culte du surpoids y est érigé en temple. Les hamburgers y sont hypercaloriques et le menu quadruple pontage est tout simplement insoutenable. 8 000 calories ! Pourtant, quel symbole pour la communauté américaine en surpoids…

L’Amérique défend avec fierté l’image du surpoids au travers d’associations

Aux USA, les personnes en surpoids sont stigmatisées comme partout ailleurs. S’estimant victime de cette image populaire faussée, ils se sont regroupés en association pour tenter d’imposer un respect à leurs formes qu’ils portent avec fierté. Un nouveau courant historique apparaît ainsi dans l’histoire des rondeurs et du combat social.

L’homme fort dans le monde, une fierté aux quatre coins du globe

L’EMBONPOINT, LA RONDEUR, LES TAILLES « EXTRA-LARGE », SYNONYMES D’HONNEUR ET DE PLAISIR ?

Le surpoids semble être un fléau morbide que toutes les nations veulent combattre, avec plus ou moins de succès et de volonté. Il faut dire que par endroits dans le monde, l’homme fort peut être fier de son gabarit, il est parfois célèbre et impose le respect et l’honneur. 

Par endroits, des lieux de paix et d’acceptation pour les hommes forts

Quand on fait partie de ces gens à taille exceptionnelle, on ressent fortement la norme sociale à laquelle tout le monde s’astreint, et que l’on nous reproche rapidement de bafouer. Les blagues, les critiques, les sempiternelles remarques sur la santé, ce sont des milliers de coaches que nous rencontrons chaque jour, qui ont chacun un avis sur la méthode pour rentrer dans les clous. 
Pourtant, ça n’a pas toujours été le cas. Du Bouddha rondouillard à nos bedonnants rois de France, les grands hommes avaient une corpulence hors norme, et pourtant honorée et respectée par le peuple. Que reste-t-il de ces années bénies où on associait les formes généreuses à la joie de vivre, et non à un problème de santé ?
Il en reste quelques traces heureuses, oui. Quelques peuplades qui courtisent encore les formes plantureuses et estiment les rondeurs. Visite guidée.

Les pays où l’homme peut grossir avec fierté

Certaines nations ont dû accepter par la force la présence d’hommes forts dans leurs rangs. Que ce soit les États-Unis ou le Mexique, la population s’est elle-même massivement déplacée au-delà des normes attendues, avec un record pour les amateurs de Tacos, avec plus de 70 % de la population considérée en surpoids. 
D’autres pays, comme l’Allemagne, ont gardé le plaisir de la cuisine et de la fête, qui a de tout temps fait fleurir de gros et joviaux Teutons qui amusaient bien la population.
Parlons aussi de la Turquie, dont la rondeur des femmes laisse encore aujourd’hui rêveurs les plus audacieux des séducteurs du pays.
Enfin, le Japon par exemple, vit la contradiction de punir sévèrement le surpoids, allant depuis peu jusqu’au licenciement, mais ayant une adoration profonde et un respect immense pour les sumos, sportifs de haut niveau qui mangent près de dix mille calories par jour.

Aux États-Unis, le surpoids vécu comme une fierté

Pendant longtemps considéré comme le peuple au taux d’obésité le plus élevé du monde, les Américains ont appris à vivre avec le surpoids. Et même à bien le vivre !

L’Allemagne, pays de lutte pour la fierté d’être en surpoids

Les Allemands sont connus pour être un peuple d’amateurs de camaraderie et de bonne chère. Le surpoids est presque une marque de fabrique.

Être gros au Japon, une fierté nationale ou un tabou ?

Au pays du soleil levant, les Japonais sont divisés entre la chasse au surpoids et l’adoration de leurs magnifiques sumos. Où en sont-ils ?

L’élection de miss Ronde France, de nouveaux critères de beauté

UN CONCOURS QUI JUGE LE CHARME DES FEMMES FORTES

En 2007, le psychothérapeute Thierry Frezard a créé un concours dans le but d’aider sa compagne, ainsi que ses patientes rondes, à assumer leurs rondeurs. L’idée était de redonner confiance à des femmes qui ne savaient plus s’apprécier pour leur morphologie, en les invitant à participer à l’élection Miss Ronde qui juge du capital beauté qu’elles véhiculaient malgré leurs réticences et de leur offrir la célébrité qu’elles méritent. 

Les critères de l’élection de Miss ronde France

En prenant le parti de n’inscrire au concours que des femmes de 18 à 60 ans et pesant au moins six kilos de plus que les centimètres de leur taille (par exemple une femme mesurant 1m60 doit peser au minimum 66 kilos), Thierry Frezard a immédiatement remporté l’adhésion d’un grand nombre de femmes dites fortes. Les premières élections, qui eurent lieu en ligne, ont remporté immédiatement un vif succès. 
En 2010, le comité Miss Ronde France voit le jour et le concours se déroule désormais en salle. Les médias couvrent aujourd’hui l’événement, et dès 2011, des comités régionaux sont mis en place. Des personnalités, telle Charlotte de Turckheim, rejoignent aujourd’hui le jury des Miss Ronde et crédibilisent l’ensemble du concours. 

Un concours de beauté différent des autres

Partant du principe qu’une belle femme est une femme qui se sent bien dans sa peau, le comité Miss Ronde France lutte activement contre l’intolérance et les diktats de la société. 
Dénigrer, voire rejeter les femmes plus voluptueuses et les faire culpabiliser ne doit plus exister. 
Les critères de jugement lors de l’élection Miss Ronde sont le fait que la femme soit ronde, moderne, et s’assume. On estime le charme, l’esprit et la beauté des candidates. D’autres pays adhèrent à l’idée et ont rejoint le réseau Miss Ronde en vue d’organiser des élections parallèles, comme le Liban ou la future Miss Ronde Europe. 

Découvrez aussi :

Présentation des deux records du monde de surpoids
Le surpoids dans le monde des stars et des célébrités