Être en surpoids au Japon, une fierté nationale ou un tabou ?

L’OBÉSITÉ AU PAYS DU SOLEIL LEVANT, ENTRE GLOIRE ET HONTE

Le Japon est connu comme étant le pays des paradoxes, et encore une fois, sur la question du poids, il se contredit de manière radicale. 
Le surpoids est ardemment combattu par les autorités pendant que les sumotoris sont la fierté du pays, considérés comme des demi-dieux, encourageant des vocations de sportifs au programme alimentaire très chargé. Dernier acte de guerre en date, une loi interdisant l’obésité dans les entreprises, on l’appelle la « loi metabo »

La loi « metabo », contre le surpoids et pour la santé publique au Japon

Pendant des siècles, le surpoids était bien considéré au Japon, preuve de richesse, de sagesse, et pour le cas des guerriers sumotoris, de divinité. Cependant, l’archipel a vu un nombre croissant de maladies cardio-vasculaires et de diabète décimer sa population, et c’est dans cet élan de panique que la loi « metabo » est apparue. Dans ce pays, lors de la visite médicale annuelle dans votre entreprise, celle-ci devra désormais mesurer vos rondeurs et, si vous ne correspondez pas aux critères attendus, vous recevrez un mail vous ordonnant de remettre bon ordre dans votre vie si vous ne voulez pas perdre votre travail l’année suivante. Fou, oui, et injuste, car nous ne choisissons pas toujours nos formes !
Cependant, la loi est remise en question depuis l’année dernière, où une étude scientifique a mis en évidence l’absence de lien direct entre surpoids et maladie cardio-vasculaire.
Et pendant ce temps-là, le sumo, troisième sport national, a dû annuler sa session de recrutement, faute de postulants, pour la première fois depuis plus d’un millénaire…

Un Japon qui a mis longtemps le surpoids à l’honneur

Bien que la cuisine japonaise soit reconnue pour la grande place laissée aux légumes et bouillons accompagnant des petites quantités de viande savoureuse et maigre, et que par conséquent les Japonais sont un des peuples au pourcentage d’obésité le plus bas au monde, il ne faut pas oublier pour autant qu’à l’instar de nombreux royaumes, le surpoids fût, pendant des millénaires, signe de sagesse, de richesse et de beauté. 
N’ayant toujours eu que peu de problèmes de santé liés au surpoids, les Japonais ne se sont pas inquiétés du changement de vie apparue ces dernières années, par la sédentarisation du travail, la malbouffe ou le manque d’exercice. Quitte à vouloir préserver la santé de ses citoyens, le gouvernement aurait pu imposer à ces mêmes entreprises un comportement plus sain envers leurs employés, comme de proposer des pratiques sportives dans la journée ou une nutritionniste au restaurant d’entreprise, voire des coaches pour encourager les changements de comportement alimentaire. 
Au final, le Japon ne voit pas que le surpoids ne générait aucun problème particulier chez eux, avec leur régime alimentaire sain et la culture sportive de sa population, mais que le mode de vie en général, et notamment son occidentalisation, a rendu la vie nippone toxique.

Le sumo japonais, un art martial qui met le poids à l’honneur

Considérés comme des forces de la nature et des demi-dieux, les sumotoris sont source d’une immense fierté nationale. Soumis à un entraînement de sportif et à un régime alimentaire strict, ils décuplent leurs capacités, pour briller lors de combats qui ne durent parfois que vingt secondes.

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

LES GÉANTS ONT UNE SILHOUETTE PEU ADAPTÉE AUX MEUBLES DES NORMAUX. C’est un casse-tête. Il faut réfléchir à tout par avance, car rien ne sera jamais à la bonne taille du premier coup. Le mobilier est toujours trop bas, trop petit, les encadrements de porte sont meurtriers pour les grandes tailles. Géant parmi les nains, voyant le … Continuer la lecture de Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids

LE HÉROS HAUT EN COULEUR, OBÈSE, MAIS JAMAIS GROS, EST UN POIDS LOURD DU NEUVIÈME ART « Qui est gros ici ! » De quoi faire glousser les enfants qui dévorent les aventures d’Asterix le Gaulois, œuvre immortelle de la bande dessinée, signée Uderzo et Goscinny. « Je suis un peu enrobé, c’est tout », prétexte … Continuer la lecture de Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids