La Fouine, un grand rappeur qui chante avec passion

UNE ENFANCE PENDANT LAQUELLE SE DÉVELOPPE UN AMOUR DÉMESURÉ POUR LA MUSIQUE

La Fouine, de son vrai nom Laouni Mouhid, est né le 25 décembre 1981 en banlieue parisienne. Sixième enfant d’une grande famille. Son amour pour la musique apparaît très tôt. À 8 ans, son père l’inscrit au conservatoire de Trappes, où il apprend le solfège, mais aussi le piano, le saxophone, la batterie et la guitare. C’est à la radio, en écoutant Snoop Dogg, NTM et Kerry James, qu’il se découvre une passion démesurée pour un style musical devenu célèbre depuis : le rap.

Une vie dans la rue, toujours ponctuée par sa passion pour le rap

À 15 ans sa situation familiale devient complexe, entre manque d’argent et conflits. Il ne va plus à l’école, et traîne avec les jeunes de son quartier, qui le surnomment « La Fouine », en raison de son physique, grand et mince (il mesure déjà presque sa taille adulte, soit 1,96 m), mais aussi de son tempérament curieux et rusé. Sa passion pour la musique l’oriente vers celle des banlieues, et c’est naturellement qu’il s’essaie lui-même au rap, ce style qui lui avait plu toute son enfance, et qui lui permet d’exprimer ses sentiments.

Dès ses 16 ans, maintenant enfant de la rue apprenant la vie et la survie « à la dure », ses journées se ponctuent d’allers retours entre foyer de jeunesse et prison.

Remonter la pente, et devenir un grand rappeur

À 21 ans, il décide de rentrer dans le droit chemin. Devenu mari et père, il arrête l’alcool et le tabac, puis entre dans la vie active. Il produit son propre album de rap, et se fait connaître peu à peu du public, allant sur la scène du Stade de France pour ouvrir la première édition d’Urban Peace en 2002. En live, sa taille et son flow forcèrent le respect d’un public croissant.

En 2003, il signe son premier contrat avec Sony, tout en travaillant pour la mairie de Trappes comme médiateur dans les quartiers défavorisés. Ce contrat fut le début de la gloire pour lui. Dès 2004, il sortira un nouveau disque chaque année. En 2009, son album « Mes Repères » obtint un disque d’or. Ses chansons poignantes marquent les esprits, parlant de sa passion de la musique, son désir d’espoir pour la jeunesse, et surtout, son amour pour sa mère décédée en 2005.

Aujourd’hui, sa renommée lui a permis de devenir jury à l’émission Popstars, et très récemment de publier son autobiographie dans laquelle il détaille les difficultés de son parcours.

Découvrez aussi :

-          Grand Corps Malade, l’artiste qui a popularisé le slam en France

-          Eric Antoine, l’humoriste autoproclamé « plus grand magicien du monde »

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

LES GÉANTS ONT UNE SILHOUETTE PEU ADAPTÉE AUX MEUBLES DES NORMAUX. C’est un casse-tête. Il faut réfléchir à tout par avance, car rien ne sera jamais à la bonne taille du premier coup. Le mobilier est toujours trop bas, trop petit, les encadrements de porte sont meurtriers pour les grandes tailles. Géant parmi les nains, voyant le … Continuer la lecture de Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids

LE HÉROS HAUT EN COULEUR, OBÈSE, MAIS JAMAIS GROS, EST UN POIDS LOURD DU NEUVIÈME ART « Qui est gros ici ! » De quoi faire glousser les enfants qui dévorent les aventures d’Asterix le Gaulois, œuvre immortelle de la bande dessinée, signée Uderzo et Goscinny. « Je suis un peu enrobé, c’est tout », prétexte … Continuer la lecture de Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids