L’hypothyroïdie, ce facteur biologique du surpoids

LA THYROÏDE, UN DANGER À MESURER EN CAS DE PRISE DE POIDS

L’hypothyroïdie est un facteur incontestable de la prise de poids. Le surpoids accumulé semble impossible à perdre, lié à un organisme qui tourne au ralenti. En cas d’échec répété de régimes, il faut vérifier cette cause au plus vite, car le surpoids n’est pas son seul risque. 

La thyroïde, facteur de régulation de l’organisme

La glande thyroïde, placée dans la région antérieure du cou, en avant de la trachée, est l’une des glandes les plus importantes du système endocrinien, puisqu’elle régule les processus métaboliques et de consommation d’énergie de l’organisme entier, par la production de deux hormones, la tétraïodothyronine (T4) et la triiodothyronine (T3). Elle est également très importante pour le développement mental et physique. Il est important que cette glande fonctionne bien dès la naissance, pendant la période de croissance et à la vie adulte, car elle contrôle non seulement le métabolisme, mais aussi le fonctionnement du système nerveux central, le cœur, les os et les fonctions sexuelles. 

Quelles conséquences pour l’hypothyroïdie ?

Lorsque la thyroïde fonctionne moins que nécessaire, on parle d’ « hypothyroïdie ». Dans ce cas, la valeur de la TSH (hormone thyréotrope produite par l’hypophyse, qui stimule la production et la sécrétion de T3 et de T4) est élevée, alors que les niveaux T3 et T4 sont faibles. En conséquence, les personnes souffrant d’hypothyroïdie ont tendance à prendre du poids, à cause d’un métabolisme lent.
Plusieurs symptômes peuvent suggérer cette pathologie : prise de poids et surpoids, fatigue, sensibilité accrue au froid, dépression, somnolence diurne, ralentissement du rythme cardiaque, difficultés de concentration, perte de mémoire, crampes musculaires, constipation, voix rauque, gonflement du visage, infertilité, irrégularités menstruelles, gonflement du cou (goitre).
Le diagnostic de l’hypothyroïdie n’est pas simple, car souvent l’une des hormones, appelée TSH (hormone thyréotrope), peut être élevée pour ceux qui sont obèses, mais pas forcément hypothyroïdiens. Il faut commencer par une analyse globale afin d’aboutir au bon diagnostic, avec un prélèvement complet des hormones thyroïdiennes : T3, T4 et TSH. Il s’agit donc d’une évaluation complète de la fonction thyroïdienne que seul un expert peut effectuer.

Découvrez aussi :
La psychologie, une cause importante de la prise de poids
Le manque d’une pratique régulière de sport comme facteur de surpoids
La malnutrition, facteur de surpoids et de maladies chroniques
La génétique, à considérer comme un facteur de surpoids ?

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

LES GÉANTS ONT UNE SILHOUETTE PEU ADAPTÉE AUX MEUBLES DES NORMAUX. C’est un casse-tête. Il faut réfléchir à tout par avance, car rien ne sera jamais à la bonne taille du premier coup. Le mobilier est toujours trop bas, trop petit, les encadrements de porte sont meurtriers pour les grandes tailles. Géant parmi les nains, voyant le … Continuer la lecture de Comment une grande taille doit adapter son mobilier à sa morphologie

Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids

LE HÉROS HAUT EN COULEUR, OBÈSE, MAIS JAMAIS GROS, EST UN POIDS LOURD DU NEUVIÈME ART « Qui est gros ici ! » De quoi faire glousser les enfants qui dévorent les aventures d’Asterix le Gaulois, œuvre immortelle de la bande dessinée, signée Uderzo et Goscinny. « Je suis un peu enrobé, c’est tout », prétexte … Continuer la lecture de Dans le monde de la bande dessinée, Obélix est la star du surpoids